Visibilité

Nouvelle école, nouveaux collègues, présentations,… Tu viens d’où ? Mariée ? – oui ;  Des enfants ? – Non ;

Je suis la seule de l’école à ne pas avoir d’enfant. Heureusement pour moi leurs enfants sont ados et il est plutôt question de bac et de permis que de couches et d’allaitement.

Et moi je ne dis pas grand chose, je parle de ma filleule pour participer aux conversations… Le sujet a été abordé en aparté avec deux collègues sur le ton de la confidence, avec l’impression d’avouer quelque chose.

Et pourquoi sur le ton de la confidence ??? Je me sens impudique dès que j’en parle ! J’ai l’impression d’embarrasser les gens et pourtant j’ai envie d’en parler, de dire que je n’ai pas pu avoir d’enfants, que c’est parfois encore douloureux mais que sinon ça va bien merci ! On parle des célibataires qui n’en peuvent plus des histoires de prince charmant alors pourquoi pas des femmes sans enfant qui en ont assez des « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Pourtant il a bien été question de divorce, de décès, d’infection urinaire et j’en passe autour de la table ! Les problèmes de famille, d’argent, d’enfants, de santé, … ont été évoqués, alors pourquoi pas l’infertilité, la non-maternité ?

J’avais trouvé le chiffre de 30% de couples qui sortent de la PMA sans enfant. Mais où sont-ils ??? Les articles sur la PMA ne présentent que les miracles et les parcours du combattant finissent toujours par un happy end. J’aurais aimé rencontrer des femmes qui n’ont pas pu avoir d’enfants et qui en parlent librement, sans que cela soit tabou ou gênant.

J’ai l’impression de franchir une étape de plus dans mon histoire. Maintenant que je peux en parler sans trémolos dans la voix, sans être gagnée par l’émotion, maintenant que je peux me définir comme les américains le disent « childfree after infertility », j’ai envie de m’exprimer publiquement. Pas seulement au travers de ce blog que seules les personnes directement concernées vont trouver.

C’est un peu confus tout ça, mais je me sens énervée aujourd’hui, contre moi-même pour commencer ! Je n’ai pas de gêne ou de honte à avoir. Oui, la pma n’a pas marché pour moi, oui, on a décidé d’arrêter pour ne plus maltraiter mon corps et notre couple, oui, on n’a pas d’enfants, et alors ?

Le jour où un non à la réponse « Vous avez des enfants ? » ne déclenchera plus un blanc gêné, les femmes qui ne peuvent pas avoir d’enfants souffriront peut-être un peu moins.

fb_img_1575533983581