Appartenance

Samedi dernier, j’ai participé à une réunion thermomix (par curiosité, et pour revoir une amie) : j’étais la seule à ne pas avoir d’enfant. Il a été question de baby cook, de doudou posé sur un aspirateur pour distraire une petite fille de 9 mois, de faire manger des légumes, de pâtisserie avec les enfants, …

Je me suis sentie tellement à part, exclue. Avant je participais à ces conversations en me disant que « moi aussi un jour « . Et maintenant ?

A la douleur personnelle de ne jamais avoir d’enfant se rajoute l’omniprésence permanente de la maternité. Une invitation à un baptême, une annonce de grossesse, une conversation entre mamans, une pub, une question innocente d’une voisine, … Sur le forum de professeurs des écoles que je fréquente, sur les 25 premiers posts de  la partie libre, on trouve 12 posts consacrés aux essais bébés, aux enfants, aux mamans…

Quelle est la part de cette pression sociale dans le désir d’enfant, dans mon désir d’enfant ? Dans quelle mesure ne veut-on pas des enfants pour faire comme tout le monde, pour rentrer dans le moule, pour se rassurer ?

Il y a quelques jours, une amie m’a dit : Tu es une originale toi ! Elle parlait de ma veste… mais j’avais envie d’hurler que je n’avais jamais voulu être différente.

Je me souviens de cette belle matinée d’été où la question avait été lancée : « Et si on faisait un enfant ? ». Sans plus d’interrogations …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s